Un des moments phare de mon voyage en Amérique du Sud, c’est certainement le trek au parc national Torres Del Paine, au Chili. Il s’agissait de mon tout premier trek (randonnée sur plusieurs jours) et je n’ai vraiment pas été déçue. Je n’avais pas fait de recherches sur les lieux, outre les fameuses Torres, la surprise et la découverte ont donc été totales! Je suis sûre qu’après cet article, s’il ne l’est pas encore, ce trek sera sur ta bucket list.

Comme j’ai beaucoup d’informations à vous donner, vous avez ci-dessous une table des matières pour mieux vous y retrouver et vous diriger vers les passages qui vous intéresse!

L’organisation en amont !

CARTE DU PARC

Avant tout, ce trek s’organise. Je m’adresse ici à ceux et celles qui sont comme moi, c’est-à-dire qui ont besoin d’un minimum d’organisation dans leur voyage. Vous entendrez de tout concernant le trek : qu’il est possible de ne rien réserver et de camper sur place, ou au contraire qu’il faut réserver des mois à l’avance. Qui dit vrai ? Difficile d’en être sûre !

En ce qui me concerne, mon tour d’Amérique du Sud s’est fait un peu à l’improviste. Je me suis décidée un mois et demi avant de partir à la conquête de ce continent! Du coup, je n’ai pas pu m’y prendre très à l’avance pour tout ce qui est réservation mais Torres del Paine a été la première chose dont je me suis occupée. Je vais vous expliquer comment procéder aux réservations, dans quel refuge réserver, et combien de temps prévoir.

Si vous êtes de la team à l’arrache, sans plan, sachez que oui, apparemment il serait possible de camper le jour même si vous n’avez pas de réservation préalable, mais c’est un peu au petit bonheur la chance. Tout dépend si des places sont libres car vous ne pouvez pas camper n’importe où dans le parc. Si des gens qui ont réservé dans des campings gratuits ne viennent pas, il y aura de la place. Sinon, il y a les campings payants mais vous paierez plus cher qu’en ayant réservé au préalable, si des places sont libres évidemment. Attendez-vous donc à marcher plus pour atteindre le campement avec disponibilité.

Il est aussi mentionné à l’entrée du parc que si vous n’avez pas de réservations, vous ne pouvez pas accéder au trek. À vos risques et périls donc.

Les plateformes de réservation en ligne

Le parc est divisé en 3 agences : Vertice Patagonia, Fantastico Sur & CONAF. Pour vous y retrouver, voici ci-dessous une carte avec les différentes options de campements et la plateforme vers laquelle vous devez passer pour réserver.

On s’intéresse uniquement au trek W ici. En résumé :

  • Vertice Patagonia –> Refuge Grey & Refuge Paine Grande.
  • Fantastico Sur –> Refuge Central (Las Torres), Refuge Cuernos, Refuge Chileno & Campement Francés
  • CONAF –> Campement Italiano

Pour ce qui est du choix des refuges, après avoir fait le trek, j’ai ma petite idée sur l’itinéraire idéal. Je vous recommande donc les refuges suivants :

  • Refuge Grey : lits très confortables ou campement avec vue très agréable. Pour ceux qui restent dans le refuge, la nourriture est excellente et vous pourrez aussi commander des snacks ou des boissons (cocktails, vins, bières…). Pour les campeurs, vous avez accès à une cuisine. On trouve aussi un petit magasin et un ordinateur à disposition pour se connecter à internet (accès payant).
  • Campamiento Italiano : je n’y suis pas restée car plus de disponibilité mais je vous explique après pourquoi il faut s’y arrêter.
  • Refuge Cuernos : un endroit très sympa, la nourriture y est bonne et il y a une ambiance conviviale. Vous pourrez recharger vos équipements électroniques et vous aurez accès à 5 min de wifi gratuites après avoir regardé une vidéo. Si vous avez besoin de plus, c’est payant.
  • Refuge Chileno : croyez-moi, si vous voulez vous faire le lever du soleil sur les Torres, vous voudrez être dans ce refuge! Nourriture simple mais bonne. C’est un petit refuge convivial, possibilité de se connecter au wifi en payant et vous pourrez aussi recharger vos appareils.

Les refuges Torres Central et Paine Grande sont pour moi beaucoup trop fréquentés, je fais donc l’impasse dessus. Évidemment si vous commencez par les tours, inversez le sens de la liste des refuges. Je recommande donc le campement Italiano ou Francés car je n’ai pas eu la chance d’y avoir une place et donc je n’ai pas eu le temps de faire le Mirador Británico. Et vous ne voulez vraiment pas le louper!

De Grey à Italiano, vous avez une bonne journée de marche qui vous attend. Le lendemain, vous aurez le temps d’attaquer sereinement le mirador qui n’est pas une mince affaire. Ça grimpe sec! Mais la vue est apparemment incroyable. J’ai fais un bout de la montée mais par manque de temps, j’ai dû rebrousser chemin. Je devais faire Grey – Cuernos, soit plus de 30km sur la journée, ce qui a été assez long.

Dans quel sens faire le trek ?

Pendant mon organisation du trek, je me suis demandée dans quel sens le faire! Après plusieurs recherches, j’ai opté pour l’itinéraire d’ouest en est.

Plusieurs raisons expliquent ce choix. Premièrement, et pas des moindres, je garde le clou du spectacle pour la fin : les tours ! Il faut bien se le dire, c’est LE point le plus attendu du trek. C’est plus motivant et gratifiant de le garder pour la fin, selon moi.

Deuxièmement, il paraît que le trek est plus facile dans ce sens là. Je confirme. C’est surtout au niveau de Italiano – Cuernos en réalité, ceux qui viennent de l’est, donc des Torres, ont une sacré montée à faire alors que pour nous, dans l’autre sens, c’est de la descente.

Enfin, vous commencez en douceur pour ainsi dire puisque la montée jusqu’aux Torres peut s’avérer rude pour certains.

Durée du trek : 3, 4 ou 5 jours ?

C’est difficile à dire car tout le monde n’a pas la même condition physique mais je peux déjà vous dire que 3 jours, c’est trop juste. Si vous vous y prenez trop tard dans les réservations, vous serez peut-être contraints de le faire en 3 jours. J’ai rencontré des randonneurs dans ce cas de figure, et c’était la course pour eux.

À la base, je voulais le faire en 5 jours mais à cause des réservations, j’ai dû m’adapter et je l’ai donc fait en 4 jours. Je n’ai malheureusement pas eu le temps de faire le mirador Británico. En s’organisant bien et en prévoyant des plus longues journées de randonnée, c’est possible de tout faire et voir en 4 jours.

Cependant, je pense que 5 jours, c’est l’idéal pour profiter pleinement de cette merveilleuse nature environnante.

Se rendre au parc Torres Del Paine

Normalement, votre point de chute sera le village de Puerto Natales. Nous sommes en Patagonie chilienne. Je suis arrivée depuis Ushuaïa, au sud, où j’ai pris un bus pour Punta Arenas d’abord, puis pour Puerto Natales. La durée du trajet varie en fonction de deux facteurs : le temps passé à la frontière entre Argentine et Chili, et la météo notamment pour la traversée en ferry.

Pour ma part, tout s’est déroulé à merveille, je suis arrivée à Punta Arenas assez tôt et 15min plus tard, un bus partait pour Puerto Natales. Mais j’en connais qui ont eu des retards de plus de 8 heures ! Prévoyez large donc…

Je fais une petite parenthèse sur la douane chilienne, c’est de loin les plus méticuleux en Amérique du Sud. Vous ne pouvez pas entrer avec certaines denrées comme les produits d’origine animales, les fruits (frais et secs), les produits laitiers…

Certains d’entre vous arriveront probablement de Santiago de Chile, il vous faudra donc prendre un vol national jusqu’à Punta Arenas. Ensuite, il vous suffit de prendre un bus jusqu’à Puerto Natales. L’une des compagnies les plus connues est Bus Sur.

Bus depuis Puerto Natales

Puerto Natales

Au terminal de bus, lorsque vous arriverez, réservez votre billet pour vous rendre au parc Torres del Paine. Je vous conseille de partir le matin, surtout si vous faites le trek dans le même sens que moi, vous devrez prendre un catamaran pour traverser le lac Pehoe. Je vous en parle tout de suite après.

Le trajet depuis Puerto Natales dure un peu plus de 2 heures jusqu’au premier arrêt (Laguna Amarga), il faut rajouter 45min jusqu’à l’arrêt Pudeto (port du catamaran). Le prix du billet de bus était de 15 000 pesos chiliens aller-retour.

Plus d’infos sur les horaires ici !

Traversée en Catamaran

Vue depuis la traversée en catamaran. La couleur de l’eau est dingue quand le soleil est au rendez-vous!

Si vous commencez le trek par le glacier Grey, vous devrez faire une traversée en catamaran. Avec le bus depuis Puerto Natales, vous devrez vous arrêter à l’arrêt Pudeto. Le bus s’arrêtera de toute façon au premier arrêt, Laguna Amarga, pour que vous validiez ou achetiez votre entrée au parc. Je vous conseille de l’acheter à l’avance pour ne pas avoir à faire la file d’attente.

Une fois au port, il y a un petit café et des toilettes à disposition le temps d’attendre le prochain départ. Le catamaran était parti à 11h.

Prix de l’entrée du parc : 21 000 pesos (2019)

Prix de la traversée en catamaran : 20 000 pesos (2019)

Quelle période choisir ?

Pour ma part, j’ai fais le trek du 4 au 7 mars 2019. Comme vous pourrez le voir à travers les photos, j’ai eu une météo clémente, exceptée le 2ème jour. Le problème avec la Patagonie c’est que le temps est imprévisible, vous pouvez vivre 4 saisons en une journée! Véridique!

Du coup, selon les estimations, la meilleure période serait pendant l’été qui a lieu de décembre à mars ici. C’est aussi la période la plus touristique. L’automne est aussi agréable, de mars à juin, les couleurs changent et il y a moins de monde.

De juin à août, c’est l’hiver. La plupart des refuges sont fermés à cause de la météo incertaine et du froid, il faut donc vérifier à l’avance pour les réservations. Enfin, de septembre à novembre, c’est le printemps, du coup le ciel est en général clair, les fleurs commencent à pousser et il n’y a pas encore trop de touristes!

Une seule certitude, vous ne saurez pas à l’avance la météo que vous aurez car tout peut changer en une minute. Ces indications nous informent donc des périodes les plus favorables uniquement sans garantie aucune.

Que mettre dans son sac ?

Alors c’est LA question que je me suis posée longtemps sachant que le temps changeait rapidement et que je serai confrontée durant mon voyage à des saisons différentes.

Les vêtements

Je recommande la technique des 3 couches :

  • Une première couche technique :  elle vous permet de rester au sec! La matière doit évacuée la transpiration vers les autres couches afin d’éviter que vous n’ayez froid lorsque vous vous arrêter. Le tissu doit sécher rapidement.
  • Une polaire, un pull ou une doudoune : cette couche a pour rôle de vous garder au chaud, elle doit être isolante.  Quand l’effort s’intensifie, il vous faut l’enlever sinon vous transpirerez et vous serez mouillée, la première couche n’y pourra rien. Si vous avez en général la flemme, choisissez un vêtement avec des aérations au niveau des aisselles pour réguler votre température.
  • Veste coupe-vent et/ou imperméable : son rôle est de vous protéger et de lutter contre les éléments naturels (neige, pluie, vent…). C’est sans doute la couche la plus chère mais il est important de bien la choisir.

Attention, évitez absolument le coton. Il est notre ennemi juré. Il agit comme une éponge naturelle et absorbe la transpiration, coup de froid assuré à l’arrêt.

En ce qui concerne le bas, pensez à prendre une première couche technique aussi, personnellement j’ai un legging qui me maintient au chaud. Par-dessus, j’ai un pantalon imperméable de randonnée, acheté chez Decathlon et très efficace.

Les chaussures et les indispensables

Pour mes chaussures, elles sont très confortables mais chacun a un ressenti différent. Vous devez absolument aller en magasin et essayer plusieurs paires. Je me sens comme dans des chaussons avec les miennes et elles ne me font pas d’ampoules. Choisissez-les toujours un peu plus grande que votre taille normale sinon votre talon va frotter en montée et vos doigts de pieds vont cogner le devant de la chaussure en descente, ce qui est très désagréable et douloureux à la longue.

À surtout ne pas oublier :

  • Une paire de gants
  • Un bonnet et une casquette
  • Un Buff : un accessoire multi-fonction qui peut servir de cache-cou, vous protégez le visage, les oreilles ou encore servir de bandana. Je le trouve très pratique.
  • Une lampe frontale
  • De l’écran solaire : protégez-vous ! Même si vous avez l’impression que le soleil ne tape pas, ses rayons sont nocifs pour votre peau et encore plus ici, vu qu’il y a un trou dans la couche d’ozone.
  • Des bâtons de randonnée notamment si vous avez des genoux sensibles ou si vous êtes en surpoids, cela vous soulagera pendant les descentes.
  • Des tongs ou chaussons pour le soir
  • Une poche d’eau à mettre dans votre sac
  • Un peu d’argent liquide

Enfin, pensez à prendre un rechange. Si vous avez de la pluie, les vêtements ont tendance à sécher lentement.

Le sac

De toutes les personnes que j’ai rencontré le long du trek, j’étais la seule avec un si petit sac. J’ai le Deuter Futura 26L SL, c’était suffisant mais un peu plus d’espace n’aurait pas été du luxe. Si vous avez du matériel de camping à transporter ou si vous devez cuisiner tous vos repas, c’est différent!

C’est à vous de rechercher le sac qui vous conviendra le mieux mais pour vous aiguiller, les 3 marques qui revenaient tout le temps dans les sacs des randonneurs sont : Quechua, Deuter & Osprey. Je suis sûre qu’il y en a tout un tas d’autres sacs tout aussi bien! Je n’ai pas fais énormément de recherches sur le sujet. N’hésitez pas à faire vos recommandations en commentaires.

Niveau de difficulté

Qui peut faire le trek ?

Je dirais que le trek est accessible à tout le monde, j’ai vu des enfants comme des personnes âgées. Tout dépend de votre condition physique et de votre mental je rajouterai. Je n’avais jamais fais de trek donc j’ai appréhendé un peu avant d’y être mais pour rien finalement.

Je pratique quand même une activité physique régulière (randonnée sur une journée, running 3x par semaine et séance HIIT). Cependant, même sans être très sportif(ve), vous pouvez le faire ! Prenez juste votre temps et allez à votre rythme.

Pensez surtout à avoir des snacks avec vous tout au long de votre journée (barres céréales, fruits frais, fruits secs…) et suffisamment d’eau pour rester hydrater.

Seul ou avec un guide ?

Franchement, vous pouvez le faire seul(e) sans aucun souci. Vous rencontrerez forcément des compagnons de marche le long de la route. J’ai rencontré ma première partenaire de randonnée dans le bus depuis Puerto Natales, Sophie, une américaine, seule aussi. Puis dans la file du catamaran, nous avons sympathisé avec une hollandaise, Hellen. Du coup, nous avons marché toutes les 3 comme nous étions dans le même refuge.

Le lendemain, j’étais seule car les filles faisaient le trek en 5 jours et s’arrêtaient au prochain refuge. Elles avaient le temps, moi pas. Je devais pas traîner. Mais le soir en arrivant au refuge, j’ai rencontré dés mon arrivée une allemande, Katrin. On a tout de suite accroché et avons fait la journée de marche suivante ensemble. Et nous sommes finalement restée les 2 jusqu’au retour à Puerto Natales! Nous nous sommes mêmes revues à El Chalten, mais ça c’est une autre histoire.

Le troisième jour, nous avons rencontré le couple de brésiliens, Ana et Fauze, et le grec, Yanis. Ne vous faites donc pas de souci, vous ne serez pas seul(e), sauf si vous le souhaitez!

La question du guide c’est seulement si vous souhaitez avoir plus d’informations sur l’environnement qui vous entoure, mais comme je n’ai pas fait de visite guidée, je ne peux vous dire si ça vaut le coup.

Les 3 highlights du parc

Maintenant parlons un peu des points de vue du trek W!

Glacier Grey

Le Glacier Grey fait partie du champ de glace du sud de la Patagonie. Il est long de 350km et a une superficie de 16 800km2 dont 14 200km2 appartiennent au Chili. Le reste étant sur le territoire argentin.

Après un certain temps en direction du refuge Grey, vous commencerez petit à petit à apercevoir le glacier et ses chutes de glace qui descendent le long du lac du même nom. Attention, ça souffle énormément sur cette partie du trek.

Si vous continuez au-delà du refuge Grey, en direction du campement Paso, vous pourrez traverser des ponts suspendus, il y en a 3 je crois au total. Vous aurez une vue plus rapprochée sur le glacier.

Mirador Británico

Un panorama à couper le souffle vous attend au mirador après une longue montée (4 à 5h). Pendant l’ascension, vous aurez très certainement l’occasion d’entendre et de voir les avalanches du glacier Francés. Certains disent d’ailleurs que ce ne sont pas des avalanches mais des morceaux de glace qui se décrochent. Possible. Je n’ai pas le fin mot de l’histoire. Bref, c’est impressionnant.

Malheureusement je n’ai pas eu le temps de monter jusqu’en haut. Des collègues m’ont montré leurs photos et c’est magnifique. J’ai tenté d’aller jusqu’au premier mirador mais la durée de l’ascension était plus longue que ce que je pensais, j’ai donc rebroussé chemin. J’ai quand même eu un beau panorama mais pas aussi complet que celui du mirador Británico.

Paysage lors du 2ème jour de marche

Comme je vous l’ai mentionné plus haut, ce jour-là, je suis parti depuis le refuge Grey et je devais aller jusqu’au refuge Cuernos. Un bon 8h30 de marche même si les estimations de la carte sont toujours un peu large, c’était une grosse journée. D’où l’importance de réserver à l’avance pour avoir plus d’options.

Las Torres

LE point de vue tant attendu de tous les randonneurs! J’ai fais le lever du soleil sur les Torresje ne peux que vous recommander d’en faire pareil. Par contre, ce n’est pas garantie que les conditions climatiques soient optimales pour que les Torres se laissent découvrir. Observez bien le ciel la veille, s’il est clair et que vous parvenez à voir les étoiles, il y a de fortes chances que le lever du soleil soit inoubliable!

En revanche, si le ciel est nuageux, que les conditions affichées au refuge ne sont pas en votre faveur, ça ne vaut peut-être pas la peine de se lever si tôt. C’est une question de chance. 

Si vous faites le lever du soleil, vous pouvez avoir le petit déjeuner à l’avance au Refuge Chileno, ils ont l’habitude. Ils vous préparent le nécessaire et tout est prêt quand vous vous levez.

Pour la petite anecdote, j’étais dans un dortoir avec un couple de brésiliens, un grecque et ma compagne de randonnée depuis la veille, Katrin, une allemande. On s’est tous super bien entendu et on s’est motivés pour faire le sunrise. Les conditions étaient excellentes. Le grec était déjà monté la veille mais n’avait rien vu à cause d’une épaisse couche de nuages. Il a refait l’ascension avec nous et sans regret puisque le spectacle était au rendez-vous!

Pensez à bien vous habiller car il est froid une fois en haut! Très froid! Si vous avez votre propre sac de couchage, prenez-le, et un Thermos de thé ou de café ne sera pas du luxe! Nous sommes partis à 4h45, la carte affichant 2h30 de marche, le lever du soleil était prévu à 7h30.

Nous avions tous un rythme de marche différent, je me suis vite retrouvée seule devant. J’avais beaucoup d’énergie ce matin-là et je trouve les montées toujours plus facile de nuit, on ne voit pas ce qui nous attend. Je me prépare aussi toujours psychologiquement à pire que ce qui est prévu. Du coup, en 1h20, à ma grande surprise, j’étais en haut! Et il faisait froid!

Les autres sont arrivés une bonne demi-heure après, on a quand même dû attendre un bon moment avec cette fameuse lumière orangée sur les Torres. Mais nous avons été magnifiquement récompensés.

Dernière petite info

Pendant le trek, j’avais un camping de réserver la deuxième nuit, à Cuernos. Dés mon arrivée à la réception, j’ai demandé si je pouvais changer pour un lit. En effet, une de mes collègues de trek m’avait dit qu’il était possible de demander pour un lit si on le souhaitait, et que le changement pouvait se faire en cas de disponibilité. J’ai donc eu un lit dans le refuge, sans aucun frais supplémentaire (j’avais normalement une tente déjà montée sur place).

 

Ensuite le 3ème jour, avec Katrin, on devait rester au Refuge Central, mais on est arrivé avant midi donc tôt. Et on aimait pas vraiment l’ambiance de ce refuge car beaucoup de monde, retour à la civilisation trop prématuré. On a donc demandé s’il y avait de la place au Refuge Chileno, plus haut et plus près des Torres. Après une petite frayeur – un seul lit dispo -, on nous annonce que deux lits sont encore libres! Bingo! On a donc changé de refuge sans frais supplémentaire.

N’hésitez donc pas à demander, si vous voulez changer de refuge, ou passer de la tente à un lit bien douillet, il se peut que vous ayez de la chance!

Voilà, c’est un trek magnifique et inoubliable qui vous attend au coeur de la Patagonie chilienne. N’ayez pas peur de vous lancer et profitez-en un maximum.

 

 

Author

4 Comments

  1. Pingback: Patagonie : mon itinéraire du sud au nord | FRENCH NOMADISTA

  2. Pingback: Pucón : Ascension du volcan Villarica | FRENCH NOMADISTA

Write A Comment