Category

Amérique du Sud

Category

El Chaltén : 4 randonnées à faire

Après l’impressionnant Perito Moreno, place à la petite bourgade argentine d’El Chaltén, le paradis des randonneurs. Perdu au milieu des montagnes, El Chaltén va faire du bien à votre compte en banque. Ici, les randonnées sont gratuites et toutes accessibles depuis le village comme point de départ. Ce fût une étape de mon ‘bus’ trip en Patagonie que je vous ai partagé récemment dans cet article. Je vous partage les quatre randonnées que j’ai faites pendant mon séjour ici.

La plus connue : Laguna de los Tres

Durée (aller-retour) : 6 à 8H

Distance (aller-retour) : 21 kms

Dénivelé : 700m

Difficulté : moyenne à difficile

Si vous n’êtes que de passage et n’avez que très peu de temps, privilégiez celle-ci. Je recommande toutefois, pour ceux qui aiment randonnée, de prévoir au moins 5 jours voire une semaine et plus sur El Chaltén. Je vous présente ici des randonnées à la journée, mais d’autres sont possibles sur plusieurs jours.

Cette randonnée commence au nord du village, à la fin de l’Avenue San Martín, tout est bien indiqué. Elle est faisable en une journée. Le sentier commence par une petite montée, histoire de s’échauffer un peu. C’est une ballade de santé en comparaison à ce qui vous attend sur la fin!

Ensuite, vous serez au plat. Vous passez de la forêt à la pampa avec une vue incroyable sur le Fitz Roy et ses voisins. Vous savez, le fameux logo de la marque Patagonia ? Il sera devant vous! Les kilomètres défilent et je me dis qu’en fait cette randonnée est bien plus facile que ce que l’on m’en a dit… C’était avant d’arriver aux environs du kilomètre 8.

Source : site officiel de tourisme d’El Chalten

Vous traverserez le campement Poincenot. Une bonne alternative si vous avez du temps et souhaitez voir le soleil se lever sur le Fitz Roy (si les conditions climatiques sont favorables), vous pouvez très bien passer la nuit au campement et terminer la randonnée le lendemain.

Donc, à partir de là, ça va se corser! Le plus dur est devant vous : l’ascension jusqu’au sommet de la Laguna de Los Tres. Un chemin rocailleux, parfois étroit et très raide. Comptez au moins 1h voire un peu plus pour arriver à la fameuse lagune. Une fois arrivé.e, à vous la belle vue de près! Certain.es font trempette dans la lagune, dont l’eau est évidemment glaciale. Admirez le spectacle, c’est divinement beau!

Enfin, si vous avez encore un peu d’énergie, montez le rocher situé à gauche de la lagune. Un autre lac vous attend, la Laguna Sucia. De là, vous aurez un point de vue sur les deux lacs, c’est sublime.

 

Ma préférée : Loma Del Pliegue Tumbado

Durée (aller-retour) : 7 à 9H

Distance (aller-retour) : 24 kms

Dénivelé : 1100m

Difficulté : moyenne à difficile

Cette randonnée, tout comme celle de la Laguna de los Tres, se fait sur une journée. C’est ma préférée de toutes, la vue à 360° est incroyable. Par contre, elle se mérite! Je l’ai faites le lendemain de celle du Fitz Roy, et ça a été. Mais après ça, vous aurez clairement besoin de repos.

Elle commence près du centre touristique, après le pont qui mène à l’entrée du village. Vous marcherez d’abord à découvert, en prenant progressivement de la hauteur. Vous croiserez des vaches sauvages, attention à ne pas les approcher de trop près! Ensuite, vous passerez dans la forêt où le sol sera sans doute recouvert de chenilles. Vous entendrez aussi certainement des piverts et même des perroquets selon la période de l’année! J’ai été très étonnée d’en voir ici.

Chouette Pygmée

Bref, vous l’aurez compris, soyez attentifs et levez les yeux pour observer la faune et flore environnante. À la fin du passage dans la forêt, vous arriverez à un premier mirador où vous pourrez prendre une petite pause bien méritée avant de débuter l’ascension.

La montée ici est moins rude que la randonnée précédente. Ça grimpe mais c’est tout de même moins raide. Après l’effort, la récompense! Une vue imprenable sur la Laguna Torre, la chaine de montagnes mais aussi le lac Viedma et le glacier du même nom.

Je me suis posée là sur un rocher, j’ai mangé et apprécié la grandeur de Dame Nature. J’ai même vu 2 cerfs en train de prendre un bain de soleil un peu plus loin devant moi. Et puis j’ai vu des randonneurs gravir un rocher derrière moi. En effet, le chemin continue pour les courageux! Une ascension très raide d’une trentaine de minutes pour la vue ultime. J’y suis bien sûr allée, mon compagnon de route, rencontré à l’auberge de jeunesse, lui, s’est arrêté là. Pour moi, impossible de ne pas aller plus haut! Toujours plus haut!

Le spectacle était au rendez-vous, accompagné de beaucoup de vent.

Le combo parfait : Cascade & Mirador de las Aguilas

Chorillo del Salto

Durée (aller-retour) : 2H

Distance (aller-retour) : 6 kms

Dénivelé : 10 m

Difficulté : facile

Une journée sans trop d’efforts après ces deux belles randonnées précédentes. J’étais accompagnée de Katrin, ma compagne de trek au Chili sur les deux derniers jours au parc Torres del Paine. Ce fût un réel plaisir de se retrouver là et de marcher à nouveau ensemble.

Commençons par la cascade, Chorillo del Salto, qui se situe à seulement 3km à pied du village. En moins d’1h, vous y êtes! Le chemin est au plat, aucune difficulté particulière.

Ce n’est pas, à mes yeux, une cascade d’eau impressionnante, mais elle n’en reste pas moins jolie à voir. Quand j’y étais, fin mars, les feuilles commençaient à prendre leur couleur d’automne. Le décor était donc magnifique, comme je les aime.

Mirador de las Aguilas

Durée (aller-retour) : 2H

Distance (aller-retour) : 4 kms

Dénivelé : 200 m

Difficulté : facile

Vous pouvez faire d’une pierre deux coups ici puisque sur le chemin qui mène au mirador de Las Aguilas (= aigles), vous trouverez aussi un petit chemin menant au mirador de Los Condores (= le fameux condor des Andes). Nous ne nous sommes pas arrêtées au premier mirador et sommes directement aller à celui des aigles. Nous n’avons d’ailleurs vu aucun aigle, mais des condors sur le chemin du retour.

Le paysage depuis là, c’est la pampa et les montagnes de Patagonie. L’horizon qui s’étend à perte de vue et une unique route traversant cette nature sauvage. On s’y sent bien. Niveau difficulté, on prend un peu de hauteur donc ça grimpe mais ça reste très gentil en comparaison des autres sentiers.

L’après-rando

Qui dit effort, dit réconfort ! L’ambiance d’El Chaltén est vraiment sportive et décontractée, tout le monde est en tenue de randonnée et profite des terrasses le soir venu (si la météo le permet!).

J’ai eu un coup de coeur pour le glacier du village, Domo Blanco. Ils ont beaucoup de parfums à proposer et ça passe très bien!

Autres sentiers

El Chalten

Il existe bien d’autres sentiers encore au départ d’El Chaltén, je vous renvois ici pour consulter la carte du site touristique officiel. La carte indique tous les sentiers, leurs noms, leurs distances et la durée de la randonnée.

Le sentier le plus long est celui de la Laguna Toro, qui fait 16km aller seulement. Il est préférable de camper au Campamento d’Agostini. Une autorisation est obligatoire pour partir sur ce trek, elle vous sera délivrée à l’office des rangers, qui se trouve à droite après le pont en sortant du village (dans le sens où vous êtes arrivés).

Voilà, j’espère que ça vous a donné envie d’aller randonner dans ce petit coin de paradis!

El Calafate : le massif glacier Perito Moreno

Bienvenue au parc de Los Glaciares, c’est ici que se trouve certainement l’un des glaciers les plus impressionnants du monde : le Perito Moreno. Sa particularité ? Alors que d’autres reculent à cause du réchauffement climatique, lui avance. Je vous dis tout ce qu’il y a à savoir pour visiter ce sublime mastodonte.

Où se situe t-il ?

Nous sommes dans la Patagonie argentine, dans la province de Santa Cruz. Le point de chute est la ville de El Calafate, au sud-ouest du pays. Le glacier se situe à 1h de route, il vous faudra prendre un bus. Pour réserver votre billet, rien de plus simple! Prenez-le directement au terminal de bus de cette petite ville.

Le Perito Moreno fait partie du champ de glace Sud de Patagonie, qui s’étend sur 350km entre le Chili et l’Argentine. Attention à ne pas confondre le glacier Perito Moreno et le village du même nom, les deux sont différents.

Un glacier pas comme les autres

Le Perito Moreno avance d’environ 2m par jour. Il mesure 30 km de long sur 5 km de large. Avec ses 250km2 de superficie et son front de 60m de hauteur au plus haut point (partie visible seulement), autant vous dire que l’on se sent tout petit face à lui.

Il doit son nom à l’explorateur et naturaliste argentin Francisco Moreno, perito signifiant ‘expert’. Il a effectué des recherches au 19ème siècle dans cette région et a joué un rôle crucial dans les conflits de territoire entre l’Argentine et le Chili.

Le site se visite très facilement, des passerelles ont été aménagées. Elles vous mèneront à différents points de vue sur le glacier. Une partie est accessible aux personnes en fauteuil roulant.

Que faire au glacier Perito Moreno ?

Tout d’abord, je vous conseillerai de rester au moins 3h sur le site pour pleinement en profiter. Ce n’est pas tous les jours que l’on est face à une nature si impressionnante.

Ensuite, il existe diverses façons d’explorer et d’apprécier le glacier, je vous en parle plus en détails.

Visite à pied

Comme je le disais plus haut, plusieurs passerelles sont présentes pour vous guider. Des pancartes indiquent le nom du chemin ainsi que le temps à allouer pour le parcourir et en profiter au maximum. Les points de vue vous permettent de voir le glacier sous toutes ses coutures. Je vous recommande donc d’emprunter plusieurs chemins.

N’hésitez pas à vous assoir sur l’un des bancs mis à disposition et attendez qu’un bloc de glace s’effondre pour un spectacle incroyable. Les chutes de blocs de glace arrivent fréquemment, on les entend à leur bruit sourd. Certains craquements sont internes mais d’autres sont visibles sur le front du glacier.

Mais ne vous inquiétez pas, vous serez en sécurité depuis les passerelles!

Visite en bateau

Je ne l’ai pas fais personnellement mais il est possible de partir en bateau pour être encore plus proche du glacier. Évidemment, les compagnies respectent une certaine distance, vous ne serez pas à proprement dit, au pied du glacier. Ce serait bien trop dangereux. Un bloc de glace qui tombe est imprévisible et provoque parfois de grandes vagues.

Depuis les passerelles, on se rend compte de l‘immensité du glacier en observant les bateaux naviguer sur le Lac Argentino. Plusieurs tours sont offerts allant d’une heure à une journée, où dans ce dernier cas, vous observerez plusieurs glaciers.

Deux embarcadères sont présents sur le site, celui de Bandera et celui de Bajo de las Sombras. Le bus avec lequel vous arriverez sur place se chargera de vous expliquer où prendre les billets et dans quelle navette monter pour s’y rendre. Vous pouvez aussi organiser l’excursion avec une agence locale directement en ville.

Visite en kayak

Il vous faudra organiser cette aventure depuis El Calafate. Vous ne pourrez évidemment pas vous approcher trop près du glacier. Elle est réservée aux plus téméraires qui apprécieront le silence, rendant l’expérience d’autant plus impressionnante.

Marcher sur le glacier

Vêtu.e d’un équipement spécial, vous serez au plus près du glacier puisque vous marcherez sur une partie de la bête! Il vous faudra aussi organiser le tour directement avec une agence sur El Calafate.

Un des tours les plus connus est le Big Ice, un trek d’une journée entière sur le glacier. Son prix est très élevé.

Quelques faits importants

  • La formation du glacier remonte au dernier âge de glace, les scientifiques estiment donc son âge à environ 18 000 ans. Il est vieux !
  • La dernière « rupture » du glacier – un phénomène qui se déroule tous les 4 à 5 ans – remonte à mars 2018 (à un an près, je la voyais!). L’arche du glacier s’est rompue en pleine nuit, sans touristes.
  • Le parc de Los Glaciares est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1981.
  • Prix de l’entrée (mars 2019) : 700 pesos

Patagonie : mon itinéraire du sud au nord

La Patagonie, quelle merveilleuse région au sud de l’Amérique latine et partagée entre l’Argentine et le Chili. Une claque visuelle avec des paysages variés passant de la montagne à la pampa, des glaciers aux littoraux, en passant par des petites îles et j’en passe. Bref, je suis tombée amoureuse de cette partie du monde. J’aime tant la nature à perte de vue, et j’ai été servie.

Je vais te résumer dans cet article mon parcours à travers ce territoire sauvage, en partant du sud pour terminer au nord. Je l’ai exploré en mars, qui a été une période favorable, et il me reste encore tant à découvrir. J’ai déjà hâte d’y retourner.

Source : Google Maps

Premier arrêt : Ushuaïa

J’ai beaucoup aimé Ushuaïa et si tu veux savoir quelles activités faire dans cette ville du bout du monde, je te renvois vers mon article. J’ai atterri à São Paulo lors de mon arrivée sur le continent. Après quelques étapes, j’ai pris un vol depuis Buenos Aires jusqu’à Ushuaïa avec la compagnie aérienne LATAM.

Beaucoup de voyageurs évitent cette destination car elle est chère, certes, je ne vais pas vous dire le contraire. La Patagonie entière en soi fait mal au budget mais il est toujours possible de faire des économies en restant en auberge de jeunesse par exemple, et en cuisinant pour ne pas manger dehors à chaque repas.

On va pas se mentir, c’est quand même mythique de poser un pied en Terre de Feu, dans cette ville portuaire surplombant le canal Beagle. Ushuaïa, c’est aussi la porte d’entrée pour des croisières vers l’Antarctique. Si tu as les moyens, fonces! Au programme, des randonnées en pleine nature, des glaciers, des pingouins, et j’en passe!

Deuxième arrêt : Puerto Natales & Torres Del Paine

On quitte l’Argentine le temps de quelques jours pour se diriger vers le Chili. J’ai pris un bus avec la compagnie Bus Sur jusqu’à Punta Arenas, puis vers Puerto Natales. Ce dernier est une étape immanquable pour se rendre au parc national Torres Del Paine. 

J’ai eu une journée complète pour visiter Puerto Natales avant de partir pour mon trek que j’avais réservé à l’avance. Je t’invite d’ailleurs à consulter mon guide complet sur l’organisation d’une telle aventure, c’est par ici. Puerto Natales est un petit village portuaire très agréable situé sur le Canal Señoret, dans la région de Magallanes.

Tu ne peux évidemment pas être ici sans aller faire un trek, ou passer une journée, au parc national Torres Del Paine. Les 2 treks à disposition sont le W (version courte – 3 à 5 jours) et le O (version longue – 8 à 10 jours). Je ne peux que recommander de le faire, la nature y est juste sublime, c’est un réel plaisir que de marcher à travers ces terres sauvages.

Troisième arrêt : El Calafate / Glacier Perito Moreno

Non loin de Puerto Natales se trouve le majestueux et immense glacier Perito Moreno. Pour vous y rendre, prenez un bus depuis Puerto Natales. Le trajet dure environ 5h voire plus selon le temps que vous passerez à la frontière puisque vous repassez en Argentine.

Le glacier est imposant, 60 mètres de hauteur au-dessus de l’eau à son plus haut point et un front de 5km. C’est le plus grand glacier du champ de glace Sud de Patagonie. Il s’agit de l’un des rares glaciers qui ne reculent pas. C’est très impressionnant de voir des blocs de glace se détacher, ça fait un bruit sourd.

Je me suis sentie incroyablement petite, une fois de plus, face à cette nature incroyable qui nous entoure. Je suis restée assise un moment à le contempler pour graver son image à jamais dans ma mémoire.

Le glacier Perito Moreno se trouve à environ 80km d’El Calafate. Vous pouvez réserver un bus directement depuis le terminal à votre arrivée. Je vous conseille d’y rester au moins 3h, il y a plusieurs chemins avec des points de vue différents. J’en parlerais bientôt sur le blog.

Quatrième arrêt : El Chalten

El Chalten, ou le paradis des randonneurs. Votre compte en banque sera lui aussi heureux puisque les randonnées sont gratuites et toutes accessibles directement depuis le village. Vous avez plusieurs options mais la plus connue est celle du Fitz Roy bien évidemment.

Je conseille de rester au moins 3-4 jours si vous aimez vraiment marcher. Le village compte pas mal de restaurants et bars sympas. En revanche, il n’y a que 3 distributeurs, tous situés au terminal de bus, et ils sont souvent vides… Pensez donc à avoir du cash avec vous à l’avance. Très peu d’établissements acceptent les cartes et lorsqu’ils le font, c’est uniquement la Visa.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance sportive de ce lieu, tout le monde est là pour de la randonnée. La nature aux alentours est magnifique.

Cinquième arrêt : San Carlos de Bariloche

Dernier arrêt… Il y a évidemment beaucoup plus de lieux à voir et à explorer en Patagonie, je n’avais pas le temps de m’aventurer davantage dans cette magnifique région, mais ce n’est que pour mieux y revenir! Et la prochaine fois, en road trip, pour pouvoir m’arrêter où bon me semble.

Après 28h de bus – initialement 24h mais on a perdu du temps -, j’arrive à 2h du mat’ à San Carlos de Bariloche! Veillez à réserver dans un hôtel ou une auberge avec réception 24h/24 ou avec possibilité d’accéder au bâtiment grâce à un code.

C’est la ville du chocolat. Vous verrez beaucoup de magasins vendant du chocolat, les plus connus sont certainement Rapa Nui et Manouchka. Venant de France, qui plus est à la frontière suisse, je ne suis pas tombée à la renverse de leur chocolat. Mais après une rando, ça fait toujours plaisir!

Nous sommes tout près du Chili, au bord du lac Nahuel Huapi, dans le parc national du même nom. On la surnomme la « Suisse argentine » et c’est vrai qu’elle a des airs de suisse. Beaucoup d’argentins mais aussi les pays voisins viennent skier ici l’hiver. C’est très réputé.

Plusieurs randonnées sont disponibles dans le coin mais très peu sont faisables en une seule journée. Prévoyez donc plusieurs jours ici si vous souhaitez faire de la marche. J’ai personnellement fait le sentier du Cerro Llao Llao qui est un sentier court ainsi que le Refugio Frey. C’est la randonnée la plus connue et elle se fait en une journée.

Salento : Randonnée dans la vallée de Cocora

La vallée de Cocora, c’est pour moi un immanquable de la Colombie! J’ai adoré me promener dans cette nature verdoyante et capricieuse au coeur du Quindío. Alors je t’embarque avec moi dans une ballade entre les palmiers les plus hauts du monde. Prêt(e) ?

La petite ville tranquille de Salento

Bienvenue à Salento, une petit bourgade paisible où il fait bon se reposer et prendre le temps d’apprécier le moment présent. Les maisons sont colorées, les rues grimpent et descendent, et la météo est imprévisible. Il y a un mirador qui te permet d’avoir une vue sur ce village ainsi que sur la vallée environnante. Il suffit de monter 241 marches et tu y seras.

Les 241 marches menant au mirador
Vue depuis le mirador

Je t’explique plus tard comment se rendre à Salento depuis les principales villes colombiennes aux alentours. Mais avant cela, parlons du centre d’intérêt majeur ici : la vallée de Cocora !

La vallée de Cocora

Un décor à la Jurassic Park, la traversée d’une végétation changeante au fil des kilomètres, voilà ce qui t’attends ici. Je te recommande fortement de faire la boucle complète qui dure 5 à 6 heures. Beaucoup de touristes se contentent du mirador avec la vue sur les palmiers, personnellement je trouve ça dommage d’être dans un tel endroit et de ne pas profiter de sa beauté plus longtemps.

Comment s’y rendre ?

Le départ se fait depuis Salento, tu dois te rendre sur la place centrale du village. Depuis là, tu fais la file pour acheter un ticket aller-retour jusqu’au parc. Une fois le ticket en main, tu montes dans une Jeep qui te mènera au parc. La politique ici c’est plus tu peux entasser de monde dans la Jeep, mieux c’est! Essaies de ne pas te retrouver debout dehors à l’arrière du véhicule. Ça peut paraître fun mais si il pleut, tu seras trempé(e)!

La place centrale avec les Willys, les fameuses Jeep

Le trajet dure 20 à 25 minutes pour parvenir à l’entrée du parc. Penses bien à avoir toujours du change sur toi, ils ont du mal à rendre le compte sur de gros billets (et 50 000 pesos est déjà un gros billet pour eux). L’aller-retour coûte 8000 pesos à l’heure où je t’écris (≈ 2-3€). Il te faut bien garder la moitié de ton ticket avec toi dans un endroit sec pour le retour.

Penses à prendre des vêtements imperméables, voire un poncho (possibilité d’en acheter un sur place), ainsi que des chaussures adaptés (bottes de pluie ou chaussures de rando montantes). La météo change très vite par ici et peut te surprendre si tu n’es pas préparé(e).

Le sentier de randonnée

Deux options s’offrent à toi : faire la boucle complète ou juste te rendre au mirador. Je vais passer très vite sur ce dernier choix. Comme je te l’ai dit plus haut, pas mal de voyageurs se contentent du mirador, surtout si il pleut. Je recommande cependant de faire la boucle complète si ta condition physique te le permet. Aucune difficulté particulière ni insurmontable sur cette randonnée.

Full Loop

Ainsi, concentrons-nous donc sur la boucle complète. Tu peux la faire dans deux sens – puisque c’est une boucle. Soit tu commences par les palmiers – Bosque de Palmas – soit tu vas dans l’autre sens et tu termineras par les palmiers. Beaucoup choisissent de commencer par la vallée des palmiers car il est fort possible que la brume s’installe au fil de la journée. C’est à toi de voir!

Pour ma part, j’ai terminé par la vallée des palmiers donc on va faire cette randonnée dans ce sens-là. Et oui, si tu te poses déjà la question, j’ai bien eu de la brume sur la vallée dans l’après-midi! Mais ça a donné un côté mystique au paysage qui n’était pas pour me déplaire.

On commence donc notre randonnée, tu dois passer un portail bleu qui se trouvera sur ta droite comme tu peux voir sur la photo ci-dessous. Le chemin est moins emprunté, tu seras plus tranquille que dans l’autre sens. Ça démarre gentiment avec une petite descente progressive et un premier pont à traverser.

Le portail bleu à ne pas rater à ta droite

Tu continues de suivre le chemin et à un moment tu arriveras à une entrée. Il faudra payer 3000 pesos (≈ 0,80cts) ici pour continuer. Il y a deux chemins, un pour les chevaux, et un pour les randonneurs. Le paysage est magnifique, on peut voir les palmiers et tu croiseras sûrement des vaches en train de paître.

La réserve des colibris

Après plusieurs ponts traversés et une petite montée, tu arrives à un croisement. Si tu prends à gauche, tu continues ta route mais si tu prends à droite, tu fais un petit détour pour visiter la réserve des colibris. Qui n’est pas vraiment une réserve mais une maison avec des mangeoires pour les colibris.

Ce détour en vaut la peine, après 20 à 25 minutes de marche (et de montée), tu arrives à Acaime – Reserva Colibries. Il faudra t’acquitter de 5000 pesos (≈ 1,50€), incluant une boisson chaude ou froide.

Tu auras tout le loisir d’admirer les colibris et de les prendre en photo. Tu peux aussi filmer en slow motion, ça rend super bien! Profites de l’endroit avant de redescendre pour poursuivre la randonnée. Le prochain point d’arrêt sera la Finca la Montaña.

La montée jusqu’à la Finca

 

Je ne vais pas te mentir, ça grimpe sur cette partie du sentier. Tu auras de la montée pendant une bonne demi-heure voire 40 minutes. Prends ton temps, fais des pauses.

Et puis tu arriveras enfin à la Finca, après une dernière montée en zigzag. Nous sommes à 2 860 mètres d’altitude et on a la vue sur le Cerro Morro Gacho.

 

 

Il est fort possible que tu y aperçoives un ou deux colibris car l’endroit est entouré de fleurs et de plantes plus belles les unes que les autres. Je te recommande quand même de passer à la réserve des colibris. Il y a un bar si tu souhaites te poser et savourer un café colombien.

Direction la vallée des palmiers

À partir de maintenant, fini les montées! Tu n’auras que de la descente jusqu’au retour au point initial. Et là, il a commencé à pleuvoir des trombes d’eau! J’étais dans la brume, ce qui ne m’a pas dérangé puisque je trouvais le paysage tout aussi beau ainsi.

Ceci n’est pas un palmier. Ou peut-être lol

Après quelques minutes de marche, j’arrive au deuxième check-point. Il faut payer 4000 pesos (≈ 1,10€) pour poursuivre la route. En tout donc, si tu as bien suivi, l’entrée du parc revient à 7000 pesos (soit environ 2€). Un premier mirador se présente sur ma gauche mais je ne vois absolument rien, la vallée est plongée dans les nuages. Le deuxième mirador est un peu mieux, je distingue quelques palmiers. Mais la pluie frappant de plus belle, je ne m’y attarde pas.

Plus je descends, et plus ça se calme et les nuages se dispersent. Quelques éclaircies percent le ciel même si la vue d’ensemble reste brumeuse. Je trouve le décor tout simplement stupéfiant et magnifique. J’ai vraiment adoré cette randonnée.

Les palmiers de cire

Attardons-nous un peu sur ces fameux palmiers! Il s’agit des palmiers à cire, de son nom latin, Ceroxylon quindiuense. C’est l’espèce de palmiers la plus haute au monde, ils peuvent atteindre jusqu’à 60 mètres. Ils sont exclusivement originaires de la région colombienne de Quindío, vous ne les trouverez nulle part ailleurs. Depuis 1985, c’est une espèce protégée en menace d’extinction à cause de l’activité humaine.

Contrairement à ses confrères, il pousse en altitude et dans des conditions climatiques extrêmes : sols humides, pluie et brume. Les locaux utilisent sa cire pour la fabrication de bougies et de savons. Ses fruits servent à alimenter les animaux et ses feuilles sont utilisés à titre décoratif.

________________________________________________________________________

Informations pratiques

Que dois-je emporter avec moi ?

  • De l’eau, le climat est humide ici, on transpire facilement, pensez à vous hydrater
  • Une carte du parc : prendre une photo à l’entrée ou utiliser l’application Maps.me
  • De l’écran solaire : le soleil peut se pointer à tout moment et il tape fort ici, et même si on ne le voit pas, il est là caché derrière les nuages
  • Un snack : ça peut être utile si vous faites la boucle complète! J’ai acheté le mien directement dans un café de Salento, le Brunch Café. Ils proposent des Lunch Pack délicieux et faits maison.
  • Des vêtements imperméables et un poncho si vous avez
  • De la monnaie, pensez à avoir du change
  • Des bottes de pluie ou des chaussures montantes, le chemin est boueux

Où dormir ?

Pour les petits budgets
  • Viajero Salento Hostel :  Un très bon rapport qualité prix pour une auberge située près du centre, avec une belle vue. Le petit déjeuner est inclus mais très basique. C’est propre et confortable.
  • Coffee Tree Boutique Hostel : Non loin de Viajero Hostel se situe cette auberge très appréciée au vue de la note sur Booking et des commentaires à son égard. Un bon rapport qualité/prix.
Pour plus de confort et de tranquillité
  • Posada Casa Salento : Des prix tout à fait abordables pour cet hôtel à deux pas de la place centrale.
  • La Cabaña Ecohotel : Si vous voulez vous éloigner de la foule et être plus proche de la nature, cet hôtel peut être une bonne option.

Où manger ?

Brunch de Salento : ils proposent les Lunch pack dont je vous parlais plus haut pour 14000 pesos ou 20500 pesos, la taille change. Vous avez un sandwich, du granula maison, un brownie au beurre de cacahuètes, un fruit, de l’eau… Vous ne mourrez pas de faim! Ils ont aussi une carte des menus pour petit déjeuner, déjeuner et dîner.

Le K’fee : un endroit sympa où chiller, un peu éloigné du centre mais le village est petit… Ils proposent des petits déjeuners copieux et healthy! Vous pouvez aussi manger des salades, des sandwichs…

La Casona : situé sur la place centrale, ce restaurant ne paye pas de mine mais vous pourrez y manger des plats locaux dont de la truite, servie entière, à un prix abordable.

Comment se rendre à Salento depuis Medellín ?

Vous pouvez vous y rendre en avion ou privilégiez le bus – ce que je conseille si vous êtes sur Bogotá ou Medellín – mais si vous optez pour l’option avion, les compagnies low cost sont Viva Air et Easyfly, toutes les deux ont des connections jusqu’à l’aéroport de Pereira (PEI). N’hésitez pas à utiliser Skyscanner, Google Flights, Opodo et/ou directement le site de la compagnie aérienne pour comparer les prix.

Pour réserver vos bus à l’avance, je vous conseille le site colombien RedBus.

Terminal de Transportes Del Sur

  • Bus direct avec la compagnie Flota Occidental : pensez à réserver un peu à l’avance si vous pouvez car il est vite rempli. Je n’ai pas pu le prendre puisqu’il n’y avait plus de place au moment où je suis arrivée au terminal. En ce moment, 3 départs par jour (9h/11h/14h).                                                   Durée : 6h minimum. Prix : 49 000 pesos (≈ 13€).
  • Medellín – Armenia | Flota Occidental : si vous n’avez pas pu avoir le direct, il faudra vous rendre à Armenia ou Pereira, et depuis le terminal, prendre un colectivo (bus local) pour vous rendre sur Salento. Départ toutes les heures de 4h30 à 0h30.                                                                                   Durée : 6h minimum. Prix : de 49 000 à 62 000 pesos (≈ de 13 à 16,50€)
  • Medellín – Pereira | Flota Occidental – Flota Ospina – Arauca : même principe que pour Armenia. Départs fréquents.                                                                                                                                        Durée : 5h minimum. Prix : de 38 000 pesos à 60 000 pesos (≈ de 10 à 16€)

⚠️ À savoir que si vous arrivez en fin de journée sur Armenia ou Pereira, les bus locaux ne seront plus actifs. Il faudra donc prendre un taxi pour Salento. Le trajet dure une trentaine de minutes et coûte entre 60 000 à 80 000 pesos. Il faut négocier et essayez de partager avec d’autres voyageurs. J’ai partagé le taxi avec 2 allemands, ça nous est revenu à 20 000 pesos chacun.

À ne pas manquer !

Vous ne pouvez pas passer en Colombie sans tester le Tejo – une sorte de pétanque -, un jeu local qui consiste à jeter un projectile en métal à une certaine distance dans une cible carrée recouverte d’un d’argile.

Au centre du carré se trouve un anneau métallique sur lequel sont placés 3-4 triangles remplis de poudres. Le but est de faire exploser ces triangles! Au début, ça fait bien sursauter! Mais on s’habitue. Et puis surtout, ce n’est pas facile d’y parvenir! Vous pouvez vous rendre aux bars Los Amigos ou Danubio (au sous-sol).

 

Torres del Paine : le Trek W en 4 jours

Un des moments phare de mon voyage en Amérique du Sud, c’est certainement le trek au parc national Torres Del Paine, au Chili. Il s’agissait de mon tout premier trek (randonnée sur plusieurs jours) et je n’ai vraiment pas été déçue. Je n’avais pas fait de recherches sur les lieux, outre les fameuses Torres, la surprise et la découverte ont donc été totales! Je suis sûre qu’après cet article, s’il ne l’est pas encore, ce trek sera sur ta bucket list.