Category

Destinations

Category

Les chutes d’Iguazú : une merveille de la nature

À l’heure où je vous écris, je suis à Sucre, en Bolivie. Il est temps de commencer les articles! J’ai été impressionnée et émerveillée par la beauté et l’immensité des chutes d’Iguazú. Dans ce petit article, je vous détaille comment s’y rendre, quel côté privilégier et quelles activités faire sur place.

Patrimoine mondiale de l’UNESCO

Commençons par le commencement, le parc national d’Iguazú, Iguaçu, ou encore Iguassu, est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, depuis 1984. Les chutes s’étendent sur 2 700 mètres et la plus haute s’élève à 80 mètres, c’est la « Gorge du Diable ». Elles s’étalent sur la frontière entre l’Argentine et le Brésil. Le débit est impressionnant, on parle ici de 6 millions de litres d’eau déversés par seconde quand même. Attendez-vous à être trempé en vous approchant.

Quel côté choisir ?

Il se dit par ici que les argentins ont les chutes mais que les brésiliens ont la vue. C’est vrai. Mais je ne peux que vous recommander de faire les deux, vraiment. Une journée suffit pour chaque côté donc vous pouvez passer 2 ou 3 jours dans le coin si vous voulez prendre le temps.

Côté brésilien : Foz do Iguaçu

La ville la plus proche des chutes de ce côté est Foz do Iguaçu. Vous êtes dans l’état du Paraná, au Brésil. C’est là que j’ai commencé car je venais de São Paulo. Un long trajet en bus dont je vous parlerai dans un prochain article! C’est une ville assez grande et étalée alors je vous conseille de rester dans un hôtel ou une auberge du centre si vous passez une nuit sur place.

Comment se rendre aux chutes depuis Foz ?

Si comme moi vous n’êtes pas très taxi car vous voyagez en mode économe autant que possible, je vais vous expliquer comment s’y rendre en bus local. Le bus qui part en direction des chutes est le 120 et il se prend depuis le Terminal de Transporte Urbano. Il est gratuit et vous descendrez au dernier arrêt. Si vous arrivez au terminal international, comme c’était mon cas, il faut prendre un bus qui vous amènera au terminal mentionné précédemment. Le ticket est à 3,75 Reales (Février 2019). 

Entrée aux chutes

Pour ceux et celles qui se poseraient la question, il y a une consigne à bagages disponible sur place au prix de 30 Reales. L’entrée au parc lui coûte 70 Reales (2019). Vous devez monter dans un bus qui vous conduira au début des chutes. De là, un chemin va parcourir tout le long des chutes jusqu’à la « Gorge du Diable ». En prenant votre temps et en faisant des pauses photo, le tour est bouclé en 30min, voire 45min ou 1h si vraiment vous êtes lents.

Il n’y a pas de limite de temps donc vous pouvez profiter de la vue autant que vous voulez. Vous aurez une vue globale sur le site, ce qui est impressionnant. Vous rencontrerez plein de coatis, par pitié, ne les nourrissez pas! Respectez la vie sauvage et n’essayez pas de les amadouer avec de la nourriture, aussi saine soit-elle à vos yeux.

Donner à manger aux animaux sauvages les rend agressifs, malades et ils en oublient de chasser leur propre nourriture, ce qui est très mauvais!

À la fin du sentier, une passerelle vous rapproche du demi-cercle formé par les chutes et appelé la « Gorge du Diable ». Vous pouvez aussi prendre un ascenseur avant la sortie pour avoir un point de vue plus haut sur les chutes. C’est gratuit.

Côté argentin : Puerto Iguazu

J’ai réservé un bus avec mon auberge sur Foz pour me rendre aux chutes argentines. Le passage de la frontière s’est fait comme de rien. Étant la seule du groupe n’ayant pris qu’un billet aller, comme je restais du côté argentin, j’ai dû faire tamponner ma sortie du territoire brésilien.

Une petite attente de 10 minutes et c’était fait. Ensuite, notre chauffeur s’est arrêté aux douanes argentines, nous a demandé nos passeports, et est revenu avec les tampons pour chacun d’entre nous. Nous n’avons même pas eu besoin de voir les agents. Ce qui est assez inquiétant quand on y pense d’ailleurs. Enfin tout ça pour dire que c’est relativement facile!

Entrée aux chutes

Ici aussi, il y a une consigne pour les bagages. Je n’ai plus le prix en tête car j’ai acheté en même temps une crème solaire, j’en ai eu pour 700 pesos. L’entrée au parc est de 700 pesos aussi. Le prix est plus élevé qu’au Brésil mais le site est beaucoup plus aménagé.

Les chemins côté argentin

Une fois dans le parc, vous aurez plusieurs options qui s’offrent à vous. Il y a plusieurs sentiers de randonnées donc deux principaux :

  • Le circuit inférieur : il dure environ 1h et vous amène à plusieurs points de vue tout aussi impressionnants les uns que les autres sur les chutes.
  • Le circuit supérieur : il est à peine plus court, vous serez derrière les chutes et vous aurez des points de vue depuis le haut des cascades.

Sur place, vous aurez aussi la possibilité de prendre un petit train (qui avance à allure d’escargot). Il vous conduira à la ‘Garganta Del Diablo’, la plus haute chute. Couvrez votre sac et n’ayez pas peur de prendre une douche! Le débit est intense, vous serez obligatoirement trempé de la tête aux pieds en vous approchant. Pour prendre le train, il faut aller à la station Cataratas et demander un ticket pour le prochain départ (gratuit).

Comment se rendre à Puerto Iguazu depuis les chutes ?

Si vous prenez l’option bus, il faut acheter un ticket à l’agence située directement aux chutes. Le ticket m’a coûté 160 pesos argentins. Le bus vous amène au terminal de la ville directement. J’ai ensuite pris un Uber pour me rendre à mon auberge.

Les auberges où je suis restée
  • Brésil : CLH Suítes Foz do Iguaçu – Il s’agit plus d’un hôtel avec un étage qui contient des dortoirs. C’est propre, il y a un rooftop et un happy hour avec caïpirinha gratuite.
  • Argentine : Butterfly Hostel, Puerto Iguazu – Une auberge assez roots, confort sommaire mais assez proche du terminal de bus.

N’hésitez pas à utiliser mon lien de parrainage pour toutes vos réservations sur Booking.com, c’est gagnant-gagnant, chacun reçoit 15€!

Tortuguero : La Terre des Tortues

Première étape de mon road trip solo au Costa Rica, le parc national Tortuguero. Il est réputé pour la ponte des tortues qui a lieu de mars à octobre (peut varier selon espèces). Je ne suis pas tombée pendant cette période puisque j’y suis allée en décembre dernier. Vous ne verrez donc pas de tortues dans cet article. Cependant, j’ai vu beaucoup d’autres animaux en peu de temps. Alors si toi aussi tu te demandes si tu dois ou non passer à Tortuguero, reste avec moi!

Costa Rica : Préparer son voyage

Après plusieurs mois de silence par ici, me revoilà avec mon dossier spécial sur le Costa Rica, plusieurs volets sont prévus mais commençons par le commencement, la préparation du voyage!

Je suis partie en solo pour un road-trip de 3 semaines dans ce paradis d’Amérique Centrale, je vais partager ici avec vous mes conseils pour bien préparer son voyage, de l’itinéraire à la location de la voiture. Tu es prêt(e) ?

1, 2, 3… PURA VIDA!

Randonnée au magnifique lac d’Oeschinen

Je continue ma série sur la Suisse après mon article sur le pont du Trift, on part aujourd’hui à Kandersteg. Situé dans le canton de Berne, le lac d’Oeschinen, en allemand Oeschinensee, est une merveille de la nature. Il est d’ailleurs classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Considéré comme l’un des plus lacs des Alpes suisses, plusieurs randonnées sont à votre disposition. Je vous propose de faire le tour de ce paradis bleu.

Bienvenue dans les Alpes suisses

Kandersteg est un petit village au fond de la vallée de la Kander – rivière suisse – dans l’Oberland bernois. Le lieu est situé à moins d’1h de route au sud de Berne.

Pour la petite anecdote, j’avais activé Google Maps sur mon téléphone et une fois à proximité, je continue tout droit au lieu de prendre à droite. Je suis arrivée à un péage qui m’a délesté de 28CHF. Je n’ai pas bien compris au début, je me suis dit que c’était sans doute normal puisqu’il s’agit d’un site protégé. Il faut payer pour tout maintenant après tout… Mais je ne pense pas qu’il était nécessaire de passer par là et il n’y avait pas de retour possible. Heureusement, j’ai pu atteindre Kandersteg qui était à 2min de là… Ne vous faites pas avoir comme moi!

Une fois dans le village de Kandersteg, suivez les panneaux qui indiquent le lac d’Oeschinen. Le parking coûte 5CHF pour la journée, je vous conseille vivement d’arriver tôt, c’est un lieu très touristique. Je suis arrivée là-bas à 9h, c’était parfait. N’oubliez pas d’avoir du change car la machine ne prend ni billet, ni carte de crédit. Depuis là, vous pouvez commencer à emprunter le chemin pédestre qui mène au lac. Comptez environ 1h pour atteindre le graal!

Le téléphérique

Vous avez aussi l’option de prendre le téléphérique qui vous mènera au sommet en un rien de temps. Depuis là, vous pourrez commencer la randonnée. Il est tout de même bon de savoir que l’aller simple est hors de prix. Je suis redescendue avec le téléphérique, cela m’a coûté 20CHF. L’aller-retour est à 28CHF, les tarifs sont réduits pour les enfants. Le lac se situe ensuite à 15min de la station. Pour plus d’infos, c’est par ici.

Le sentier pedestre

Si vous décidez de jouer les braves, vous serez hautement récompensés. La vue est splendide le long du sentier. Vous aurez une vue dégagée sur les sommets montagneux tels que le Blümlisalp, le Doldenhorn ou encore le Fründenhorn. Je vous préviens de suite, ça monte sec.

Vous apercevrez des cascades d’eaux en cours de chemin et une fois au plat, le but est tout proche. Le carillonnement des toupins au loin – les cloches suisses que portent les vaches – vous donneront un dernier élan de courage. Respirez, vous y êtes!

Le lac d’Oeschinen, patrimoine mondial de l’UNESCO

Culminant à 1578m d’altitude, le lac glaciaire d’Oeschinen fait partie du site Jungfrau-Aletsch, inscrit sur la liste du patrimoine mondial depuis 2001. C’est le paradis des randonneurs et des amateurs d’air pur à la montagne. Des chutes d’eau, un lac à l’eau turquoise enivrante, des prairies d’alpage, de la forêt, tous les éléments sont réunis pour vous offrir un décor de rêve.

Vous pouvez également faire un tour en canoë sur le lac au prix de 15CHF pour 1/2 heure ou 26CHF pour l’heure. Des tarifs raisonnables comparés à ceux opérés dans des sites que j’ai déjà pu visiter comme le lac Louise ou le lac Maligne au Canada. D’ailleurs, le lac d’Oeschinen et ses paysages environnants m’ont beaucoup rappelé mon Canada.

Le tour du lac

J’ai effectué le tour du lac, ce qui m’a pris 3h. Avis aux personnes atteintes de vertiges ou aux familles avec des enfants en bas âge, je ne vous conseille pas mon itinéraire. Il y a des endroits très étroits par moment notamment au bout du lac pour atteindre la rive opposée.

Arrivée sur place, je m’émerveille déjà devant ce spectacle naturel et je rends visite aux vaches qui sont partout en train de brouter de l’herbe. Je rappelle que c’était dans la matinée, à mon retour dans l’après-midi, elles avaient laisser place à une horde de touriste. Soyez matinaux!

Je suis donc le sentier qui part naturellement à la gauche du lac. Ça va commencer à grimper à nouveau tout en restant raisonnable. Il ne faudra pas attendre longtemps avant d’avoir une vue époustouflante du lac. Vous croiserez ensuite une petite cascade d’eau. Une fois que vous verrez des vaches et un refuge de montagne, il faudra continuer sur le chemin allant sur la droite.

Un Cairn – pour marquer le chemin

Il y aura des barbelés non loin, n’hésitez pas à les chevaucher, il s’agit bien du chemin à suivre. Vous verrez bientôt les flèches blanches et rouges qui marquent le parcours. Le chemin va devenir étroit mais pas de panique, il y a des cordes fixées aux rochers auxquelles vous tenir pour maintenir l’équilibre si besoin.

Non cette photo n’est pas à pivoter, ces arbres poussant de manière improbable m’ont surprise le long du chemin

Oeschinen c’est le genre de lieu où tu as envie de t’arrêter toutes les 2min pour prendre une photo!

Vous aurez des parcelles étroites et aussi de ce genre, mais pas de panique, la corde est votre amie 🙂

Une fois passé l’autre bout du lac, vous atteindrez la rive opposée pour retourner au point de départ. Si vous avez des bâtons de randonnée, ils peuvent être très utiles pendant cette randonnée. Si la chaleur est de mise, vous pourrez même faire trempette sur la petite plage afin de vous récompenser de votre effort! En ce qui me concerne, j’ai pris une portion de frites et un Rivela (boisson suisse) au restaurant, avec vue sur le lac évidemment 😉

Comme mentionné plus haut, je suis redescendue avec le téléphérique en un rien de temps mais une fois en bas de la station, il fallait encore marcher 10 bonnes minutes pour rejoindre mon parking initial.

J’espère que cet article vous aura fait découvrir un peu la Suisse et je vous souhaite de visiter cet endroit magnifique un jour. En attendant, je vous laisse avec quelques clichés…

Pas besoin de filtre ni de retouche pour cet endroit, c’est parfaitement beau ainsi

La Suisse, un petit pays qui a temps à offrir

Randonnée vertigineuse au pont du Trift

 

La Suisse est un petit pays qui ne cesse de me surprendre. Des paysages variés, entre lacs et montagnes en passant par les vignes, des cultures différentes et des gens sympathiques. Je viens de Franche-Comté, plus exactement dans le Doubs, non loin de la frontière suisse. Autant dire que je la côtoie depuis mon enfance mais je ne l’explore que depuis quelques années. Cet article est une série de plusieurs coups de coeur que je partagerai avec vous. Le premier de la série est le Pont du Trift.

Enfilez vos chaussures de rando, on part se promener! 

Antelope Canyon, la beauté et la force de la nature

Je me devais d’y consacrer un article à part entière. Le Antelope Canyon c’est pour moi un incontournable lors d’un roadtrip aux USA. Je vous vois venir ceux qui critiquent en long et en large les tours organisés, les attrape-touristes en tout genre, et je vous comprend. Cependant, là c’est un tour que je fais volontiers, alors je prends ma phobie de la foule en patience parce que ça en vaut la peine. Une oeuvre d’art de Dame Nature comme celle-ci, je dis OUI! Alors si tu ne connais pas encore ce canyon, ou que tu as envie d’en revoir des photos, reste ici 😊

Ballade à Vienne, entre culture et architecture

Je n’ai pas aimé Vienne, j’ai adoré. Et pourtant je n’avais jamais eu trop d’excitation ni d’engouement à l’idée de découvrir l’Autriche. Et me voilà sous le charme de sa capitale et du pays en général. Après être restée à Innsbruck, je me suis rendue à Vienne pendant mon périple Interrail. Je vais partager avec vous le plaisir que j’ai eu à me promener dans celle que l’on appelle aussi l’Impériale. Une destination à proximité qui en vaut vraiment le détour! 

Waterton Lakes, le voisin canadien du Glacier National Park

Si on regarde sur la carte où se situe Waterton Lakes, on a un peu l’impression qu’il s’agit de la partie visible de l’iceberg, car côté américain, on observe un gros bloc, qui n’est autre que le Glacier National Park. Le parc national Waterton Lakes, c’est la belle surprise du road trip canadien. Beaucoup moins fréquenté que ses confrères – Banff et Jasper, pour ne citer qu’eux – il n’en reste pas moins très intéressant à visiter. Partons donc à la découverte de ce petit bijou!

Parcs de l’ouest américain : Mes favoris ♡

Pendant mon road trip dans l’ouest américain avec des amis, nous avons exploré quelques parcs nationaux dont je vais vous parler ici. Ils apparaissent dans l’ordre de préférence. Bien sûr, nous aurions aimé en voir davantage notamment celui de Yellowstone ou le Joshua Tree en ce qui me concerne. Je les visiterai lors d’un prochain voyage. N’hésitez pas à me donner vos recommandations, que se soit des parcs connus ou non. À l’heure où je rédige cet article, la neige s’abat sur Toronto et tombe en gros flocons depuis déjà quelques heures. Un bon thé chaud m’accompagne, faites comme moi, relaxez-vous et évadez-vous! 🇱🇷