Travel is the only thing you buy that makes you richer

Aujourd’hui, je vous parle d’une destination qui me tient beaucoup à coeur. Le genre de voyage qui opère un changement en vous, pour le meilleur, et qui vous laisse une trace indélébile. Celui-ci m’a donné une autre vision de la vie, plus minimaliste, et plus humaine.

Cesaria Evora le décrivait comme un pays pauvre rempli d’amour, c’est une description qui décrit bien la beauté et la bonté de cet archipel au large des côtes ouest africaines. C’était en 2012…

En route vers l’inconnu

Parce qu’il est très rare que j’aperçoive sur les réseaux sociaux des photos ou des articles de blog sur le Cap Vert, faisons une petite introduction pour ceux et celles qui se demandent bien où nous sommes. Le Cap Vert c’est ici…

Source : cap-vert-cabo-verde.com

Il s’agit d’un archipel de 10 îles volcaniques divisées par les colons en deux parties : au sud, les îles sous le vent dites Sotavento, et au nord, les îles au vent dites Barlavento. Les îles au vent reçoivent directement les vents alizés et protègent leurs consoeurs, les îles sous le vent.

Il est important de le savoir puisque ces vents peuvent être très fort en fonction de la période choisie. Le Cap Vert est d’ailleurs réputé pour les sports de glisse comme le kitesurf ou le windsurf.

un peu d’histoire…

Non ne pars pas… C’est intéressant!

Comme vous pouvez le constater par vous-même sur la carte plus haut, le Cap Vert se situe dans l’océan atlantique, au large des côtes sénégalaises. Il s’agit d’un territoire colonisé par les portugais dès l’arrivée de Diogo Gomes et Antonio de Noli, deux explorateurs qui naviguèrent jusqu’à Santiago, en 1460.

Ceci dit, plusieurs versions existent quand à la découverte de l’archipel. Cependant, l’héritage portugais est certain puisque la langue officielle est le portugais bien que les locaux parlent un créole emprunté toutefois de sonorités portugaises.

L’indépendance du Cap Vert sera autoproclamée le 5 juillet 1975. Praia, la capitale, est située sur l’île de Santiago. Etant dépourvue d’eau potable et comptant très peu de végétation, l’île de Santa Luzia est inhabitée. Je me suis rendue sur l’île de Sal, Ilha do Sal, la plus touristique de toutes.

Sal, entre tourisme et réalité

Si un jour vous prévoyez de partir en vacances au Cap Vert, je ne suis pas sûre que je vous recommanderai Sal comme premier choix. C’est clairement une île faite pour les touristes alors si vous êtes en quête d’authenticité, l’île de Santo Antão ou de Sao Nicolao sera sans doute plus appropriée. Cependant, j’ai vécu pour ainsi dire une vie de locale pendant une semaine, rythmée avec quelques visites et activités touristiques.

L’île se développe de plus en plus. Quand je m’y suis rendue, une grande majeure partie était en construction. De nouveaux hôtels, des routes plus praticables, de nouveaux centres d’intérêt pour les visiteurs… C’était un voyage en quelque sorte organisé, ce que je déteste, mais j’ai eu beaucoup de chance de tomber sur un guide extraordinaire, ManuIl parle très bien français et cumule trois emplois pour subvenir à ses besoins. Malgré sa situation, il a le coeur sur la main.

Un changement de perspective

J’avoue qu’à cette époque j’aimais accumuler des choses, plus dans l’intérêt des autres que dans le mien. Je vivais en appartement seule et j’avais beaucoup de collègues et amis qui venaient me rendre visite. Je voulais que tout soit parfait, que les gens se sentent bien chez moi et ne manquent de rien.

Et puis à mon retour du Cap Vert, j’ai vendu tous mes meubles, tout ce qui n’était que superflu et paraître, pour ne garder que l’essentiel, uniquement ce dont j’avais besoin pour moi. Maintenant mon argent ira dans les voyages, toujours plus. Les autres devront s’en accommoder, et puis on se rend compte que vos propres amis s’en foutent, l’essentiel c’est vous.

Virée quad dans le désert, ma première fois. Sensation garantie!

Un poids dont je me suis libérée en voyant le mode de vie des Cap-verdiens. Ils mènent leur vie dans ce paradis oublié ou méconnu, ils se contentent de ce qu’ils ont et profitent davantage de la vie car ils n’ont pas tous les soucis que nous nous rajoutons, nous occidentaux, au quotidien.

Ils ont peu et vous offrent tout. Et ça, ça m’a profondément marqué et touché. L’argent va et vient, il n’a pas vraiment de valeur ici. Le plus important c’est de vivre pleinement et de profiter de chaque instant.

souvenir d’une aventure extra-ordinaire…

Ce que j’ai vu du Cap Vert et ce que j’en retiens, ce ne sont pas les activités touristiques que j’ai pu faire, mais les moments que j’ai partagé avec les locaux. Bien sûr j’ai fais du quad, j’ai flotté dans de l’eau salée, et j’ai plongé à plus de 12 mètres de profondeur pour la première fois de ma vie, c’est inoubliable, mais ce n’est pas ce que je garde en mémoire.

Dans le monde de Némo, où tranquillité et silence apaisant règnent

J’ai surtout vu le bonheur sans filtre de ce peuple, qui aime danser, partager des repas tous ensemble à discuter jusque tard la nuit, s’entraider, et regarder des matchs de foot! C’est presque universel ça… Être réellement bon et attentif aux autres, et surtout ces sourires authentiques et contagieux qui vous touche.

Les salines de Pedra Lume

Il est important de nourrir son âme avec l’essentiel, prendre le temps d’appuyer sur pause, examiner sa vie et se demander si elle est telle qu’on la souhaitait. Si non, il faut opérer un changement sans avoir peur de l’avenir. Il ne faut juger personne et assumer de mener sa vie comme on l’entend.

Enfin, une fois que l’on est en paix avec tout cela, on peut profiter de ce temps si précieux qui nous est compté. Depuis, je n’ai plus voyagé de la même façon, et je suis très heureuse d’avoir grandi pendant cette aventure. Je vous laisse à présent avec quelques photos et comme ils aiment à le répéter souvent là-bas, no stress..

Et toi, tu connais le Cap Vert ? Un pays t’as t-il déjà marqué plus que d’autres au point d’en revenir changé(e) ?

 

Author

10 Comments

    • WanderLola Reply

      Merci, ça me fait plaisir si j’ai réussi à transmettre cette « zénitude » comme tu dis, c’est le mot juste, à travers cet article 🙂

  1. Waouw, c’est un beau témoignage que tu nous transmets, on sent que ce voyage t’a touché. Il y a des expériences comme ça, qui changent toute ta façon de vivre…

    • WanderLola Reply

      Merci beaucoup 🙂 Oui en effet, y’a des voyages qui marquent plus que d’autres…

  2. Très bel article ! Ça a l’air d’être vraiment une chouette destination où prendre le temps. On avait failli y aller il y a quelques années, tu fais revenir l’envie !

    • WanderLola Reply

      Merci beaucoup! Ca a dû évoluer depuis 2012, n’hésitez pas à y aller!

  3. Ça a beau être un archipel portugais, je pense que ça n’a rien à voir avec les autres archipels voisins de Madère et des Açores. On sent clairement le dépaysement et les influences africaines. Je comprends qu’un tel voyage puisse te marquer ainsi. J’aimerais beaucoup visiter le Cap Vert. Le choix des îles sera encore un choix cornélien. Bon à savoir cette histoire « au vent », « sous le vent », à prendre en compte lors de l’organisation.

    • WanderLola Reply

      Tout à fait, on sent bien l’influence africaine. Il est assez facile de voyager d’une île à une autre en tout cas, mais c’est sûr que ça demande un peu d’organisation. Pour le vent, je ne le savais pas avant de m’y rendre, dés la descente de l’avion ça soufflait fort.

  4. Ce pays a l’air si diversifié ! Cette destination nous fait de l’œil depuis un moment, on réalisera peut-être ce voyage cette année 😉

    • WanderLola Reply

      Je vous le souhaite en tout cas! Et je serai la première à lire votre ressenti 😉 Merci pour ton commentaire Betty.

Write A Comment